You are currently viewing THE DROPOUT : Pourquoi le syndrome de l’imposteur fait sens chez Elizabeth Holmes ?

THE DROPOUT : Pourquoi le syndrome de l’imposteur fait sens chez Elizabeth Holmes ?

Avoir une bonne idée, c’est bien, être à la hauteur de cette idée, c’est mieux. Et c’est sûrement ce qui a manqué à Elizabeth Holmes dans son projet ambitieux avec son entreprise Theranos. Brillante chef d’entreprise à qui tout réussit, Elizabeth Holmes est devenue la plus jeune milliardaire autodidacte de l’histoire de l’industrie. Sa florissante entreprise Theranos fait désormais partie des fleurons de la nouvelle industrie. Pourtant, aveuglée par une ambition démesurée et un désir de célébrité totalement perverti, elle va perdre tout son empire et connaître une chute tout aussi spectaculaire… Amour. Mensonge. Cupidité. Tragédie : THE DROPOUT raconte en 8 épisodes l’histoire vraie d’Elizabeth Holmes et de sa société Theranos. Amanda Seyfried (Veronica Mars) et Naveen Andrews (Lost) tiennent les rôles principaux de cette minisérie à voir sur Disney + !

Pour info, en anglais, le terme « dropout » désigne les étudiants qui abandonnent leurs études ce qui fut le cas d’Elizabeth Holmes qui abandonna ses études à l’université de Standford à l’âge de 19 ans.

 

Pourquoi regarder la mini-série The DROPOUT ?

Amanda Seyfried éblouissante ! Non seulement Amanda Seyfried est époustouflante sous les traits d’Elizabeth Holmes, mais il suffit de voir quelques images de la vraie Elizabeth Holmes pour se rendre compte de la performance d’actrice. Amanda Seyfried porte la série sur ses épaules et réussit même à nous faire aimer Elizabeth Holmes ne serait-ce que quelques secondes.

L’échec d’une génération start-up nation ! En avance sur son temps, Elizabeth Holmes ne cesse de rêver être la prochaine Steve Jobs ou Bill Gates. À peine à l’université, la jeune femme rêve de sa propre entreprise. Mais en brûlant les étapes, Elizabeth Holmes connaît une ascension aussi fulgurante que sa chute.

Un scandale sanitaire à l’américaine ! La promesse d’Elizabeth Holmes avec sa société Theranos : « Avec une goutte de sang, on réalise 70 tests médicaux ». Mais la promesse est vaine et des millions d’individus se retrouvent avec des tests erronés. La mini-série va démontrer l’ampleur et la gravité de ce scandale sanitaire….

 

the dropout avis
Amanda Seyfried
© (Photo by: Beth Dubber/Hulu)

En fait, c’est difficile de ne pas détester Elizabeth Holmes notamment quand on est une femme. Tout au long de The Dropout, on a l’impression qu’Elizabeth Holmes dessert la cause féminine. Elle veut trop briller et ne s’assure pas que la technologie de son entreprise vaille le coup. La jeune femme est obnubilée par ses modèles de réussite en mode start-up nation que sont Bill Gates ou Steve Jobs mais elle ne se pose jamais la question si elle a la capacité de l’être. Alors, elle crée un mensonge. Un si beau mensonge qu’elle devient milliardaire… jusqu’à ce que la vérité éclate. Une vérité qui fait mal… Theranos a délivré des résultats erronés à des millions de personnes avec les conséquences graves pour leur santé…. Par son talent, Amanda Seyfried parvient à nous faire adorer détester Elizabeth Holmes qu’elle imite à la perfection. Cependant, les épisodes de la mini-série sont très inégaux et il y a de vrais longueurs en particulier sur des termes scientifiques complexes. La construction narrative autour du procès n’est pas très judicieuse. La fin laisse un peu perplexe. Mais, ça reste un beau scandale à l’américaine comme Dopesick ! The Dropout, une mini-série à ne pas abandonner en cours de visionnage !

 

Ma note :

The DropOutDisney +

Lubiie

Experte dans le domaine des séries, blogueuse passionnée depuis 2006, professionnelle de l'audiovisuel, reporter de festival, jury de festival et intervieweuse aux multiples questions en séries. Tout mon monde tourne autour de l'actualité des séries.

Laisser un commentaire