You are currently viewing Dernier appel pour Saul Goodman : la fin de BETTER CALL SAUL !

Dernier appel pour Saul Goodman : la fin de BETTER CALL SAUL !

Dans Breaking Bad, Saul Goodman apparaît pour la première fois dans l’épisode 8 de la saison 2. Il est l’avocat véreux de Walter White et Jesse Pinkman toujours prêt à les sortir de leurs démêlées avec la justice. Mais c’est aussi lui qui les emmènera vers le monde souterrain de la drogue bien plus dangereux qu’en surface… Saul Goodman était le comique de Breaking Bad avec ses publicités ringardes et ses méthodes étonnantes pour rendre la justice. Un personnage loufoque qui est apprécié du public et le spin-off de Breaking Bad devait nous raconter son histoire. Comment s’est créée la légende Saul Goodman, ce nom d’emprunt qui a fait sa gloire et aussi précipité sa chute. Alors BETTER CALL SAUL est né ! Une série de six saisons créee par Vince Gilligan (créateur de Breaking Bad) et Peter Gould avec des épisodes tous plus incroyables les uns que les autres. On en viendrait même à dire que le spin-off est encore mieux que la série originale sachant que cette dernière était déjà de très bonne qualité.

Maintenant, après Walter White et son complice Jesse Pinkman, il est temps de dire au revoir à Saul Goodman après six saisons de bons et loyaux services… C’est le dernier appel pour Saul Goodman avant de disparaître.

 

La fin de BETTER CALL SAUL : et si j’avais une machine à remonter le temps…

Attention ! Vous entrez en zone de spoilers !!!

Chuck McGill : “If you don’t like where you’re heading, there’s no shame in going back and changing your path
« Si tu n’aimes pas vers quoi tu tends, il n’y a pas de honte à revenir en arrière et changer ton chemin »

 

Un chemin vers Saul Goodman que James McGill aurait pu changer s’il avait eu une machine à remonter le temps ? En tout cas, même s’il ne remonte pas le temps car comme le dit Walter White, « le voyage dans le temps, le type de voyage dans le temps auquel vous pensez, est une impossibilité scientifique », Jimmy fait amende honorable pour de vrai. Il n’est plus question d’argent ou d’un genou qui a mal tourné mais il prend enfin la responsabilité de ses actes et Kim Wexler y est pour beaucoup dans cette rédemption.

Ce final est particulier mêlant tristesse, nostalgie et dinguerie dont seul Saul Goodman a le secret. C’est un final qui ne provoque pas des larmes, celles que l’on pourrait attendre en quittant un personnage qu’on a tant aimé suivre avec passion pendant six saisons. Mais il est triste quand même car même si Jimmy/Saul/Gene reste en vie. On laisse notre héros avec une vie future bien morose. 86 ans derrière les barreaux, c’est long… Mais il y aussi un brin de nostalgie en revoyant ces visages familiers de Mike, Walter et Chuck en flashbacks avec cette question de la machine à remonter le temps ou plutôt La Machine à explorer le temps, titre français du livre de H.G Wells que prend Chuck dans son flashback. Enfin, il y a une dernière dinguerie de Saul quand il parvient à se poser en victime et négocier le choix de sa prison tout en réduisant sa sentence estimée à l’origine à de la prison à « vie plus 190 ans » à seulement 7 ans de prison ! Mais, Jimmy en a décidé autrement en prenant ses responsabilités avouant que « Walter White n’aurait rien pu faire sans lui » et qu »« il était indispensable » à son trafic de drogue. Puis, il confirme son implication dans le sort tragique d’Howard Hamlin et avoue une part de responsabilité dans le suicide de son frère même si Bill Oakley (son consultant) lui dit que ce n’est pas un meurtre, il répond que si pour lui ça l’est… Alors, la sentence définitive sera de 86 ans… Une longue période pour ruminer ses regrets.

En fait, quand Gene est retrouvé dans la poubelle après avoir été dénoncé par Marion. On se dit que Saul/Gene n’a pas assez fait d’efforts pour échapper à la police. Une petite pointe de déception à ce moment-là… Mais, tout se renverse quand il commence à se poser en victime face à Marie Scharder et faire du grand Saul Goodman. C’est ignoble moralement mais c’est digne du personnage d’avocat véreux que l’on connait. La négociation sur la réduction de peine et autres avantages est tout de même jouissive et drôle à suivre. Jusqu’où ira-t-il ? Mais, c’était trop beau pour être vrai. Alors, c’est à ce moment-là que le point faible de Jimmy arrive : Kim Wexler. Peut-être la seule personne qu’il a plus aimé que l’argent et la seule personne qu’il ne fera pas tomber pour son propre intérêt. Ce point de bascule est essentiel et remet Jimmy McGill dans le droit chemin disant au revoir à Saul Goodman pour toujours.

 

better call saul final

Better Call Saul est définitivement un deuxième chef d’oeuvre signée Vince Gilligan et cette fois-ci avec la complicité de Peter Gould qui aurait introduit le personnage de Saul Goodman en saison 2 de Breaking Bad. Dès le pilote, la qualité est au rendez-vous et chaque saison était attendue comme le Graal. Saul Goodman ou Jimmy McGill ou Gene Takovic n’est pas ce héros glamour des séries américaines ou ce anti-héros badass que l’on adore détester, il est même parfois agaçant dans sa médiocrité. Pourtant, il est tellement fascinant car c’est un personnage complexe construit avec minutie de saison en saison. Le Saul Goodman de Breaking Bad prend encore plus de profondeur après avoir vu Better Call Saul. (Ne pas faire l’inverse en regardant Better Call Saul avant Breaking Bad car il y a du spoilers dans ce  sens). Ce personnage fait sens et son implication avec le duo White/Pinkman était une évidence. Chaque épisode a son lot de surprises et on s’ennuie jamais en 63 épisodes. Le final est tout à fait en adéquation avec la série. Puis, ne parlons pas du casting qui est juste incroyable. Bob Odenkirk méritait sa série et son talent est plus que confirmé. Quant à Rhea Seehorn, c’est la révélation de la série. L’actrice est juste excellente. L’ensemble du casting contribue à l’excellence de la série.

C’était le dernier appel en justice pour Saul Goodman…

Better Call Saul, le final, c’est sur Netflix !

Lubiie

Plus de 16 ans d'expertise dans le domaine des séries, blogueuse passionnée, professionnelle de l'audiovisuel, reporter de festival, jury de festival et intervieweuse aux multiples questions en séries. Tout mon monde tourne autour de l'actualité des séries.

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire