You are currently viewing ORANGE IS THE NEW BACK saison 7 : la dernière derrière les barreaux

ORANGE IS THE NEW BACK saison 7 : la dernière derrière les barreaux

Qui se souvient de son premier binge-watching de la saison 1 de Orange is The New Black ? Moi, ça était ma première incursion dans le monde Netflix officiellement et je me rappelle vous avoir conseillé la série à l’été 2013. Orange is The New Black était la troisième série du label Netflix Original après House of Cards et Hemlock Grove et peut-être celle qui a le plus installé l’esprit Netflix dans les foyers. D’ailleurs, une étude récente réalisée par The MoffettNathanson/HarrisX auprès des abonnés Netflix, Orange is The New Black est la première série de référence citée. Cette série est clairement identifiée Netflix et sûrement à l’origine de certains abonnements à la plateforme de streaming.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin et la vie en prison a ses limites. Orange is the New Black ferme les portes de sa prison pour toujours après 7 saisons. Netflix m’a permis de voir 12 épisodes sur les 13 de la saison 7. Alors quand on enclenche le bouton « play » sachant que c’est la dernière saison, on a forcément un petit pincement au coeur à l’idée d’abandonner ses supers nanas. Une fois lancé dans la saison 7, j’ai eu des difficultés à m’arrêter même si j’ai un peu eu  le même sentiment qu’en saison 6. C’est une saison 7 qui tient la route mais on est loin des succès du début. La saison 7 est la dernière et c’est bien ainsi.

 

Orange is the New Black saison 7 : Orange Forever !

Dans la saison 7, on suit Piper dans sa vie après la prison et ses difficultés à retrouver une place dans une société qui a avancé sans elle. Mais surtout notre héroïne, qui nous a embarqué dans toute cette histoire il y a sept ans, découvre à quel point la carte prison est un poids lourd à porter. Sortir sans ressource et devoir tout recommencer avec cette méfiance des autres pas facile de s’accrocher tous les jours d’autant plus pour un personnage chouinant comme Piper. Puis, il faut aussi assurer la vie maritale avec une femme derrière les barreaux. Un autre challenge de taille pour le couple mythique Piper/Alex.

En plus de ce sujet sur la réinsertion, la série creuse davantage le problème de l’immigration. La boîte de Pandore a été ouverte en fin de saison 6 et la thématique devient un fil conducteur pour certaines des détenues. Clairement une réponse de la showrunneuse Jenji Kohan au president Trump. Les conditions de détention sont honteuses et la détresse est palpable. La série met le nez dedans en montrant l’absurdité de la situation… C’est dérangeant et nécessaire. Déjà les prisons américaines sont redoutables mais celles pour les immigrants en situation irrégulière sont odieuses.

Les autres personnages vivent leurs vies mais là où des personnages comme Nikki, Red, Suzanne et Taystee perdent de leur vigueur d’autres se révèlent comme Aleida ou Tamika. Chacun son heure de gloire même tardive. Pour les fans des débuts, vous retrouverez quelques têtes familières ce qui fait du bien pour la dernière saison.

Dans l’ensemble replongez dans l’univers carcérale de Orange is The New Black est un plaisir coupable et une fois rentrée, on est emprisonné pour un binge-watching. Cependant, pour une dernière saison la série ne place pas ces personnages dans de bonnes dispositions pour espérer une fin digne de ce nom. Comme la saison 6, la saison 7 va dans tout les sens sans vraiment trouver des histoires valables pour certains personnages un peu laissé sur le carreau.

orange is the new black saison 7 netflix
Uzo Aduba, Danielle Brooks
© Netflix

 

LA FIN ORANGE IS THE NEW BLACK

A partir de maintenant, vous êtes prévenu les lignes qui vont suivre parlent ouvertement de la fin de la série Orange is The New Black et de sérieux spoilers vont être divulgués. A lire seulement une fois que vous avez la fin comme moi.

Comme expliqué, j’ai dû patienter la mise en ligne de l’intégralité de la saison 7 sur Netflix pour me jeter sur le dernier épisode. Suite au déroulé de la saison 7, j’avoue que je m’attendais à peu de choses de ce final. J’ai bien senti que Jenji Kohan avait conçu sa série comme des mini-séries à chaque saison avec un début et une fin à peu près achevée même si certaines ont laissé un peu de suspens comme la saison 4. Puis, le nombre de saisons s’agrandit et il faut trouver toujours plus d’histoires à raconter avec tous ces personnages en introduire de nouveau et bien traiter ceux que les fans plébiscitent. Même si la showrunneuse savait pertinemment que la saison 7 allait la dernière et qu’elle a eu le temps avec ses équipes de se préparer puisque dès la saison 4, Netflix avait commandé les saisons 5,6 et 7 d’une traite, c’est un peu en dessous des espérances pour un final. Pourtant, tout était idéal pour une fin en apothéose. Or, ce final est correct mais sans plus. Il ne rentrera pas dans les anales pour une série qui, elle, a su faire preuve d’audace à ses débuts et de renouveau dans le milieu des séries. Dans ce final, il y a de tout des happy endings comme des tragédies et des questions restées en suspens…

Voici le sort des personnages clefs :

  • Tiffany Doggett alias Pennsatucky décède d’une overdose sans savoir qu’elle avait réussi son test le GED (équivalence d’études secondaires chez nous)
  • Red est diagnostiquée avec une démence mais se rappelle de la trahison de Freida
  • Lorna Morello finit aussi en unité psychiatrique avec Red après avoir refusé d’accepter que son bébé était mort né
  • Nikki devient la nouvelle Red en cuisine
  • Taystee créé la fondation Poussey Washington avec l’aide de Judy King et elle enseigne aux détenus comment gérer un budget
  • Tamika a été virée de son poste de directrice d’un établissement pénitentiel et remplacée par son collègue Hellman
  • Caputo et Figueroa au lieu de concevoir un bébé artificiellement, ils vont adopter.
  • Sophia a ouvert son propre salon de coiffure
  • Blanca obtient une carte verte aux Etats-Unis mais décide de vivre au Honduras avec son fiancé
  • Karla, moins chanceuse est déportée dans son pays d’origine et décide de nouveau de passer la frontière. Mais, suite à une fracture de la cheville, elle est abandonnée par son groupe de passage et livrée seule à elle-même au milieu de la nature…
  • Black Cindy se réconcilie avec sa mère et sa fille
  • Gloria Mendoza rentre chez elle auprès de sa famille
  • Aleida Diaz revenue en prison s’en prend violemment à sa fille Dayanara qu’elle aurait peut-être tué…
  • Maria Ruiz accepte la nouvelle compagne de son homme et voit sa fille en prison
  • Flaca travaille à la cuisine ICE et tente d’aider ses futures déportées à joindre leur famille
  • Maritza a été déportée en Columbie
  • Pornstache n’a plus de moustache et élève la fille de Dayanara.
  • Gina, Norma, Yoga Jones, DeMarco, Big Boo, Angie, Leanne, Janae, Alison, Soso, et Sankey sont dans la même prison qu’Alex Vause
  • Alex retrouve sa femme en prison Piper Chapman qui a déménagé exprès dans l’Ohio.
  • Suzanne a grandi après 7 saisons et n’est plus vraiment celle que l’on surnommait « Crazy Eyes ».

Puis, la boucle recommence quand Yoga Jones croise une nouvelle détenue et lui fait son discours sur Mandela comme quand elle a rencontré Piper, la première fois 🙂 A l’énumération de tous ces destins, il y a de tout même je dirai un peu pour tous les goûts. Personnellement, ce qui me rassure c’est que Taystee est retrouvée sa joie de vivre avec une mission qui lui correspond totalement. Je suis aussi contente qu’Alex et Piper finissent ensemble. Alors, oui il fallait bien les challenger un peu en mettant des potentielles séductrices dans leurs pattes mais heureusement elles finissent ensemble. Disons que 7 saisons sur leur relation pour que ça finisse par une rupture, on l’aurait eu un peu mauvaise. Cependant, ce qui m’a le plus frappé dans ce final, c’est le destin du personnage de Karla. On ne la connaissait pas avant la saison 7 et pourtant, ce personnage a su nous toucher. Son sort est atroce ! Abonnée au milieu de nulle part, la jeune femme va mourir sans pouvoir revoir ses enfants. J’imagine que c’est malheureusement une réalité et c’est peut-être pour ça que c’est encore plus révoltant.

Il ne fallait pas trop attendre de ce final Orange is The New Black et la série s’achève sur une note correcte sans étincelle. Clairement cette série a souffert de la longueur et peut-être du phénomène autour. La série est devenue un succès assez rapidement et les attentes des téléspectateurs étaient de plus en plus exigeantes. Déjà en saison 1, j’avais repéré une difficulté à tenir sur la longueur avec des épisodes en milieu de saison un peu plus inégaux. Le jeu des saisons à révéler ces faiblesses malheureusement et on est passé presque à une alternance de bonne et  mauvaise saison pour finir sur deux saisons finales correctes sans plus. Orange is The New Black a fait son temps et son oeuvre. Juste pour ça merci ! Personnellement, j’ai sainte peur de la prison depuis cette série !

Lubiie

Plus de 16 ans d'expertise dans le domaine des séries, blogueuse passionnée, professionnelle de l'audiovisuel, reporter de festival, jury de festival et intervieweuse aux multiples questions en séries. Tout mon monde tourne autour de l'actualité des séries.

Laisser un commentaire